Organisation administrative et politique

Sur le plan administratif, le pays est subdivisé en sept régions, seize préfectures, 66 sous-préfectures, 175 communes et 8.800 villages ou quartiers.

Les seize préfectures sont les suivantes :

- Bamingui-Bangoran, chef-lieu : Ndélé ;
- Kémo, chef-lieu : Sibut ;
- Basse-Kotto, chef-lieu : Mobaye ;
- Haute-Kotto, chef-lieu : Bria ;
- Lobaye, chef-lieu : Mbaïki ;
- Mambéré-Kaddéï, chef-lieu : Berbérati ;
- Mbomou, chef-lieu : Bangassou ;
- Haut-Mbomou, chef-lieu : Obo
- Nana-Grébizi, chef-lieu : Kaga Bandoro ;
- Nana-Mambéré, chef-lieu : Bouar ;
- Ombella-Mpoko, chef-lieu : Bimbo ;
- Ouaka, chef-lieu : Bambari ;
- Ouham, chef-lieu : Bossangoa ;
- Ouham-Pendé, chef-lieu : Bozoum ;
- Sangha-Mbaéré, chef-lieu : Nola ;
- Vakaga, chef-lieu : Birao.

PDF - 861.2 ko
Carte administrative - RCA

Les principales villes sont Bangui (population estimée officiellement à 623.000 habitants), Bimbo (125.000), Berbérati (77.000), Carnot (46.000), Bambari (42.000) et Bouar (40.000).

Les autorités municipales sont, à ce stade, nommées par le Gouvernement, qui désignent les présidents de délégation spéciale et les chefs de village ou de quartier.

Régime constitutionnel  : La charte constitutionnelle de Transition (aout 2013) institut un régime de Transition politique suite à la crise politique majeure liée par la prise du pouvoir par la coalition rebelle Séléka, le 24 mars 2013, et l’émergence, en réaction, du mouvement anti-balaka. Les autorités de transition ont pour mission de conduire un certain nombre de chantiers en vue de la sortie de crise et de la réconciliation, mais leur objectif central est d’organiser des élections libres et transparentes dans les délais fixés par la communauté internationale (avant le 31 mars 2016).

Dernière modification : 30/12/2016

Haut de page