La coopération française en actions

28 mars 2011

Un don de la France de 591 millions de francs CFA, au titre de l’aide alimentaire 2011.

- Dans le cadre du programme d’aide alimentaire de la France en République centrafricaine, M. Jean-Pierre VIDON, ambassadeur, Haut représentant de la République française en République centrafricaine, a procédé, lundi 28 mars 2011, à l’Alliance française de Bangui, à la signature des trois conventions de financement d’un montant total de 900.000 €, soit 591.261.300 F CFA.
- Ces conventions permettront aux ONG françaises « Action contre la Faim », « Première Urgence » et « Triangle Génération Humanitaire » d’apporter leurs concours pour secourir 8 800 personnes vulnérables dans la Mambéré Kadéï, 4.900 déplacés internes dans l’Ouham, et 10 915 ménages affectés par les événements sécuritaires dans la Vakaga et la Haute Kotto. Plus de 440 tonnes de denrées, 54 tonnes de semences vivrières et 11.000 outils aratoires seront distribués par les trois ONG françaises.
- L’aide alimentaire de la France, accordée au premier semestre 2011, aura pratiquement doublé par rapport à la même période de l’année 2010, illustrant ainsi le renforcement de l’engagement de la France, aux côtés des populations les plus démunies.

11 mars 2011

- Vendredi 11 mars 2011, Monsieur Jean-Pierre VIDON, ambassadeur, Haut représentant de la République française en République centrafricaine, et Monsieur Anicet Parfait MBAY, ministre d’Etat aux Transports et à l’Aviation Civile, ont signé une convention de mise en œuvre du projet de coopération ASACA (appui à la sûreté aérienne civile en Afrique). Cette cérémonie s’est déroulée dans la salle de transit de l’aéroport de Bangui M’Poko.
- A cette occasion, une présentation a été effectuée de ce projet régional, qui est initié par la CRASAC (Cellule d’assistance à la sûreté de l’aviation civile) de Dakar, et mis en œuvre sur financements du ministère français des Affaires étrangères et européennes, à hauteur de 1 million d’euros.
- Ce projet concerne 20 pays et 22 aéroports internationaux africains, avec pour objectif principal le renforcement des capacités des Etats bénéficiaires en matière de sûreté de l’aviation civile. Le projet ASACA met plus particulièrement l’accent sur le renforcement des cadres législatifs et réglementaires, sur l’amélioration du niveau de formation des personnels par la création d’un vivier d’instructeurs et, enfin, sur le transfert de la culture de supervision de la sûreté et du contrôle qualité.

10 décembre 2010

Commémoration de la journée mondiale des droits de l’Homme à l’ENAM.

- Le service de coopération et d’action culturelle de l’ambassade de France a organisé, vendredi 10 décembre, à l’Ecole nationale d’administration et de la magistrature (ENAM), une conférence–débat, à l’occasion de la journée mondiale des droits de l’Homme.
- Cette conférence a bénéficié de l’intervention de juristes centrafricains et internationaux de haut niveau et a permis à l’ensemble des étudiants de la section judiciaire de l’ENAM, ainsi qu’aux principaux acteurs, nationaux et internationaux, d’échanger sur les mécanismes de protection des droits de la personne dans le monde, ainsi que sur ceux dont dispose la République centrafricaine.
- Une attention particulière a été portée à la protection des personnes accusées de charlatanisme et de sorcellerie.

20 octobre 2010

Nouveau soutien financier de la France au processus électoral, d’un montant de près de 100 millions de francs CFA.

- Monsieur Jean-Pierre Vidon, Ambassadeur, Haut représentant de la République française en République centrafricaine, et Monsieur Bo SCHACK Représentant-résident du PNUD en République centrafricaine, ont procédé, mercredi 20 octobre 2010, à l’ambassade de France, à la signature d’une convention relative à une contribution financière de la France, en appui au processus électoral en République centrafricaine.
- Cette contribution d’un montant de 150.000 euros, soit près de 100.000.000 de FCFA, sera affectée au Fonds fiduciaire géré par le PNUD pour le compte de la communauté internationale.
- Elle s’ajoute à une subvention de 200.000 euros, allouée à la Commission électorale indépendante, en novembre 2009, ainsi qu’à un soutien de 150.000 euros, attribué à l’OIF, en septembre 2010.

18 octobre 2010

Signature d’une convention d’aide alimentaire d’un montant de 196 millions de francs CFA.

- Lundi 18 octobre 2010, à ll’Alliance française de Bangui, il a été procédé, par M. Jean-Pierre VIDON, ambassadeur, Haut représentant de la République française en République centrafricaine, et par le chef de mission de l’ONG « Solidarités International », à la signature d’une convention de subvention d’un montant total de 300.000 €, soit 196.787.100 francs CFA.
- Ce financement, attribué sur le Fonds français d’aide alimentaire (Programmation du second semestre de l’année 2010), vise à financer un programme de sécurisation de la disponibilité alimentaire des populations de « déplacés internes » dans l’Est de la préfecture de l’Ouham.
- Cet appui doit permettre à près de 3.000 personnes en situation de vulnérabilité, de bénéficier d’un programme de distribution de vivres et de semences adaptés à leurs besoins.

1er juin 2010

Lundi 1er juin 2010, Monsieur Jean-Pierre VIDON, ambassadeur, Haut représentant de la République française en République centrafricaine, a procédé, au Camp Béal, à Bangui, à la remise de matériels destinés à la gendarmerie nationale centrafricaine. En cette occasion, l’ambassadeur de France a remis à la partie centrafricaine les matériels suivants :
-  deux véhicules de type Santana,
-  un lot de 90 matériels de protection individuelle de maintien de l’ordre destiné à la gendarmerie mobile,
-  30 postes de radio portatifs associés à des composants de maintenance.
Cette cérémonie s’est déroulée en présence de Monsieur Jean-Francis BOZIZE, ministre délégué à la Présidence de la République, chargé de la Défense nationale, des Anciens combattants, des Victimes de guerre, du Désarmement et de la Restructuration de l’armée, ainsi que de plusieurs hautes autorités militaires, au rang desquelles le colonel Pierre Chrysostome SAMBIA, directeur général de la gendarmerie nationale.

Cette remise de matériels par la France, qui représente un montant de 90 millions de francs CFA, s’inscrit dans le cadre de la coopération bilatérale relative à la réforme des systèmes de sécurité et au renforcement de l’état de droit.
La coopération bilatérale française dédiée à la gendarmerie nationale centrafricaine fait intervenir, de manière permanente, deux officiers français de gendarmerie, coopérants placés auprès du directeur général de la gendarmerie nationale et du directeur de l’école de gendarmerie de Kolongo. Depuis 2008, cette coopération conduit deux projets importants liés à la restructuration de la gendarmerie et à la formation de ses personnels pour lesquels la France met en œuvre près de 300 millions de francs CFA.

26 mai 2010

La France accorde à la République centrafricaine une annulation de dette, pour un montant de 5,14 millions d’euros, soit 3,4 milliards de Francs CFA.

- M. Jean-Pierre VIDON, ambassadeur Haut Représentant de la République française en République centrafricaine et M. Albert BESSE, ministre des Finances et du Budget, ont procédé à la signature, mercredi 26 mai 2010, d’un important accord d’annulation de dette au bénéfice de la République centrafricaine, pour un montant de 3,4 milliards de francs CFA (soit 5,14 millions d’euros).
- La plus grande partie de ce montant, soit 3,54 millions d’euros, correspond à la mise en œuvre par la France de l’accord obtenu au Club de Paris, le 15 Septembre 2009, qui prévoyait l’annulation de la dette de pays ayant atteint le point d’achèvement de l’initiative en faveur des Pays Pauvres Très Endettés (PPTE).
- Le solde, soit 1,6 million d’euros, représente une annulation de dettes bilatérales françaises, que le gouvernement de la République française a décidé d’accorder, à titre exceptionnel, à la République centrafricaine.
- Ce soutien financier est une illustration supplémentaire de l’action bilatérale de la France dans le domaine des finances publiques en République centrafricaine.

8 avril 2010

Aide alimentaire de la France, d’un montant de près de 328 millions de francs CFA.

- M. Alain JOYANDET, secrétaire d’Etat chargé de la Coopération et de la Francophonie, a procédé, jeudi 8 avril, à l’Alliance française de Bangui, à la signature de deux conventions de subvention d’un montant total de 500.000 €, soit 327.978.500 francs CFA, avec les chefs de missions des ONG « Solidarités International » et « Première Urgence ».
- Ce financement, attribué sur le Fonds français d’aide alimentaire programmée, vise à secourir les populations vulnérables des préfectures de l’Ouham, du Bamingui-Bangoran, ainsi que de la Mambéré Kadéï et de la Lobaye.
Près de 22.000 personnes pourront ainsi bénéficier d’un programme de distribution alimentaire durant la période dite « de soudure », afin de préserver les stocks de semences et, ainsi, ne pas compromettre les récoltes à venir.

24 mars 2010

- Mercredi 24 mars 2010, Monsieur Jean-Pierre VIDON, ambassadeur, Haut représentant de la République française en République centrafricaine, a procédé à l’inauguration des locaux rénovés et restructurés par la coopération technique française, du commissariat de police du 4ème arrondissement de la ville de Bangui. Cette cérémonie s’est déroulée en présence du général Jules Bernard OUANDE, ministre de la Sécurité, de l’Immigration et de l’Ordre public, du directeur général de la police centrafricaine et de l’ensemble du personnel de la police du secteur.
- Cette opération immobilière s’inscrit dans le cadre du projet « Appui au renforcement de l’Etat de droit en République centrafricaine », AREDCA, doté de 985 millions de francs FCFA, soit 1,5 million d’euros.
Elle vient en complément de l’appui que la coopération bilatérale française consacre à la formation des personnels de la police centrafricaine.
- C’est ainsi qu’en 2010, des experts de la police française interviendront pour assurer la formation de leurs homologues centrafricains dans les domaines de la conduite des enquêtes judiciaires, du maintien de l’ordre et de la sûreté aéroportuaire.

22 janvier 2010

Vendredi 22 janvier 2010, à la direction des services de police judiciaire, Monsieur Jean-Pierre VIDON, ambassadeur, Haut représentant de la République française en République centrafricaine, a remis au général Jules Bernard OUANDE, ministre de la Sécurité, de l’Immigration et de l’Ordre public, en présence du directeur général de la police centrafricaine et de l’ensemble du personnel, un important lot de matériel, à l’occasion de l’inauguration du site de l’identité judiciaire, rénové par la coopération française.

Ces matériels de police sont constitués principalement de :

-  un véhicule de type « pick-up », sérigraphié Police Nationale avec inscription « CNS » (Compagnie Nationale de Sécurité), qui apportera une mobilité opérationnelle accrue à cette unité de maintien de l’ordre ;
-  40 vélos tout terrain (VTT) et 40 tenues complètes adaptées, destinés aux fonctionnaires de la compagnie de circulation routière et des commissariats d’arrondissement, pour l’exécution de leur mission de police de proximité ;
-  175 tenues de policier, modèle M64 ;

La rénovation des locaux de l’identité judiciaire à la direction des services de police judiciaire et la remise de ces matériels de police s’inscrivent dans le cadre du projet « Appui au renforcement de l’Etat de droit en République centrafricaine », AREDCA, mis en œuvre par la coopération bilatérale française.

Cette action vient en appui de la formation des personnels de la police centrafricaine que la France effectue dans le cadre de la réforme du secteur de la sécurité. C’est ainsi que des experts de la police française sont venus, en 2009, assurer la formation de leurs homologues centrafricains en identité judiciaire (police technique) et en maintien de l’ordre.

Ainsi, la coopération policière engagée par la France au profit de la police centrafricaine vise à doter cette dernière en compétences techniques et en moyens opérationnels lui permettant d’exercer ses missions régaliennes dans le respect des règles qui prévalent dans un Etat de droit.

Dernière modification : 02/05/2011

Haut de page