Coopération mise en œuvre par l’AFD

JPEG

L’Agence française de développement (AFD) est l’opérateur pivot du dispositif français d’aide publique au développement. Elle intervient en faveur des pays en voie de développement et des pays émergents pour la réduction de la pauvreté, le financement de la croissance économique et la protection des biens publics mondiaux (préservation de la biodiversité, lutte contre les maladies transmissibles et émergentes, lutte contre le changement climatique). Les pays africains reçoivent près de la moitié de ses financements.

Les interventions de l’AFD en RCA prennent uniquement la forme de subventions. Ces cinq dernières années, l’AFD a octroyé en RCA près de 90 M€ de dons (dont 26 M€ d’aide budgétaire). Le portefeuille de projets en cours d’exécution se compose de 15 projets, pour une enveloppe totale de 49M€.

Dans le contexte de crise/post-crise dans lequel se trouve la RCA, l’AFD s’est engagée dans un processus d’adaptation de ses interventions, avec l’objectif d’apporter une réponse aux besoins urgents des populations, tout en développant des interventions structurantes permettant de créer les conditions de la reconstruction et de la relance économique. Ainsi, les interventions de l’AFD intéressent le relèvement économique et social, l’éducation, le développement urbain et la gestion durable des ressources naturelles. La lutte contre la pauvreté, le soutien à la cohésion sociale et au renforcement des capacités des institutions centrafricaines constituent des points d’attention transversaux à l’ensemble des projets de l’AFD.

L’AFD travaille avec des contreparties étatiques comme non-étatiques. Une partie des projets sont exécutés par l’Etat centrafricain, qui délègue la maîtrise d’ouvrage des projets aux agences parapubliques compétentes. Une autre partie est exécutée directement à des ONG actives sur le terrain, seules ou en consortium. Ce mode de financement permet de bénéficier de l’implantation locale de ces acteurs, pour les projets de développement locaux notamment.

Les Travaux à Haute Intensité de main d’œuvre (THIMO)

En lien avec les maîtrises d’ouvrage centrafricaines, l’AFD privilégie la mise en œuvre de projets faisant appel au recrutement massif de main d’œuvre locale dans le cadre de projets de développement urbain, permettant de distribuer des revenus aux populations tout en réalisant des travaux d’infrastructures utiles et pérennes.

Ces projets ont permis : (i) de réaliser, d’abord au centre-ville de Bangui, puis dans des quartiers adjacents, des canaux de drainage pluviaux, ce qui limite les inondations pendant la saison des pluies, ainsi (ii) qu’au travers de la mise en œuvre d’un programme de rénovation Urbaine et sociale (PRESU) dans les 3ème et 5ème arrondissements de la ville de Bangui, qui regroupent les quartiers les plus touchés par les destructions perpétrées pendant les épisodes de crise. Il s’agit de financer des infrastructures économiques et sociales au profit de populations vulnérables (rénovation de bâtiments publics et d’écoles, réparation de bornes fontaines, remise en état de réseaux d’eau et d’électricité, réhabilitation de voiries, ...), en cherchant à favoriser un équilibre entre les communautés.

L’Éducation et la Formation Professionnelle

L’AFD appuie : (i) le Ministère de l’Education Nationale, de l’Enseignement Supérieur et de la Recherche Scientifique (MENESRS) dans la mise en place de son plan de transition (réhabilitation et l’équipement d’une partie de ses locaux, aide à l’organisation des concours et à l’archivage, soutien à la réforme de l’enseignement et la formation techniques et professionnels), ainsi que (ii) l’Agence Centrafricaine pour la Formation Professionnelle et l’Emploi (ACFPE) pour la formation de personnels qualifiés intervenant sur les chantiers THIMO (plus de 1 100 personnes bénéficiaires), et de jeunes déscolarisés par la mise en place de formations courtes et par alternance sur un ensemble de métiers porteurs : 2.000 jeunes devraient bénéficier de la mise en place de ces formations à partir du premier semestre 2017.

La Biodiversité et la Gouvernance forestière et locale

L’AFD est également présente dans le secteur de la Forêt et du développement des communes forestières de la Région du Sud-Ouest. Le Projet de Développement de la Région du Sud-Ouest (PDRSO) a démarré sur le terrain au mois de septembre 2016 ; il vise : (i) à renforcer les capacités de dix communes forestières pour les aider à mettre en œuvre des investissements publics financés par le projet, et au-delà par des ressources fiscales propres ; (ii) à appuyer le Ministère de l’Environnement, du Développement Durable, des Eaux, Forêts, Chasse et Pêche (MEDDEFCP) à conduire et à suivre les plans d’aménagement des permis forestiers octroyés ; (iii) le projet contient également un volet REDD+ financé par le Fonds Français pour l’Environnement Mondial (FFEM) visant à promouvoir des pratiques innovantes qui limitent la pression agricole sur la déforestation. Plusieurs projets régionaux relatifs à la biodiversité couvrent par ailleurs la RCA : le programme multilatéral Sud Expert Plantes Développement Durable (SEP2D), déployé dans 22 pays d’Afrique et d’Asie du sud-est dont la RCA, vise à soutenir la gestion durable de la biodiversité végétale ; le projet Observation Spatiale des Forêts d’Afrique Centrale et de l’Ouest (OSFACO) touche 8 pays africains pour le développement des outils d’observation spatiale de l’occupation des sols en zones forestières.

L’Appui au renforcement organisationnel des institutions centrafricaines

L’AFD met en œuvre depuis février 2016 via Expertise France un Projet innovant d’Appui au Renforcement de Capacités (PARC-ZINGO) des maîtrises d’ouvrage centrafricaines qui mettent en œuvre des projets de développement de bailleurs de fonds, dans l’élaboration et la mise en œuvre de leurs projets, programmes et politiques. Ce projet permet de renforcer les compétences des administrations publiques concernées, pour qu’elles soient mieux outillées et organisées afin de piloter des actions de développement.

Cinq institutions partenaires de l’AFD et bénéficiaires de ses financements sont impliqués dans le projet ZINGO : le Ministère de l’Économie, du Plan et de la Coopération (MEPCI), le Ministère de l’Environnement, du Développement Durable, des Eaux, Forêts, Chasse et Pêche (MEDDEFCP), le Ministère de l’Éducation Nationale, de l’Enseignement Supérieur et de la Recherche Scientifique (MENESRS), le Ministère de l‘Habitat, du Logement Social et de l’Urbanisme (MHLSU), et la Délégation Spéciale de la Mairie de Bangui. Le MEPCI est chargé du pilotage et de la coordination du projet ; chaque institution développe ensuite son propre programme d’action à partir des besoins exprimés collectivement et de manière participative.

La Relance économique

L’AFD finance une première phase d’un projet visant à réaliser une cartographie des acteurs économiques, et à appuyer via la Conférence Permanente des Chambres Consulaires Africaines et francophones (CPC-CAF) le dialogue entre secteurs public et privé (cadre mixte de concertation pour l’amélioration des affaires) et les chambres de commerce et d’agriculture de RCA. D’autres réflexions sont menées en vue de déterminer la pertinence d’appuyer des centres de gestion agréés, voire des fonds dédiés, notamment de garantie.

La Sécurité alimentaire

L’AFD apporte également un soutien à la sécurisation alimentaire et nutritionnelle dans l’arrière-pays. En 2015 et 2016, le projet Facilité – Nutrition (FACNUT), mis en œuvre avec les ONG françaises Croix Rouge française et Triangle Génération Humanitaire, a permis de soutenir des cultures maraichères paysannes et la prise en charge d’enfants et de mères atteints de malnutrition.

Les Infrastructures électriques et aéroportuaires

L’AFD poursuit la mise en œuvre d’un certain nombre de projets d’infrastructures dans les secteurs aéroportuaire et de l’énergie électrique.
Il s’agit de financer la mise aux normes de l’aéroport de BANGUI / MPOKO en construisant une clôture autour de l’enceinte aéroportuaire, et de mettre à disposition sur le site divers équipements communautaires.

Le projet Électricité a permis de financer des stators pour rénover les turbines de la centrale hydro-électrique de BOALI II. L’équipement, déjà sur site, sera installé courant 2017 dès l’achèvement de la réhabilitation des centrales BOALI 1 et BANGUI (en cours sur financement de la Banque Mondiale et de la Banque Africaine de Développement), ceci afin d’éviter la réduction simultanée des capacités de production.

Les Aides budgétaires

L’AFD décaisse enfin pour le compte de l’État français des aides budgétaires dites globales, qui ont permis de financer le paiement de salaires d’agents civils de l’État, permettant un maintien de la paix civile, et la poursuite du fonctionnement des services publics, des arriérés de l’Etat notamment vis-à-vis des entreprises privées, ainsi que des dépenses électorales inscrites au budget de l’État.

Les Initiatives ONG

Reconnaissant le « droit à l’initiative » et l’indépendance des organisations de la société civile dans leur vision des rapports Nord/Sud, l’AFD contribue au financement de projets et programmes portés par les ONG françaises. Les financements en cours appuient notamment la Fédération internationale de l’action des chrétiens pour l’abolition de la torture (FIACAT) dans son action de soutien à l’abolition de la peine de mort, Reporters sans frontières dans son rôle de promotion de la libre information et ATD Quart Monde pour le soutien aux personnes les plus démunies.

POUR CONTACTER LE BUREAU DE L’AFD A BANGUI :


JPEG

Représentant à Bangui : M. Pascal BROUILLET

Adresse :
Agence française de développement
Route de la Moyenne Corniche
BP 817 Bangui – République Centrafricaine

Téléphone : (236) 72 03 53 53 et (236) 72 69 63 49

Adresse électronique :
afdbangui@afd.fr

Site internet : http://www.afd.fr/home/pays/afrique/geo-afr/republique-centrafricaine/afd-centrafrique

Dernière modification : 21/11/2016

Haut de page